LGV : L’heure de passer à la caisse

tgv081.jpgPlus personne ne doute des bienfaits qu’apportera le TGV en mettant Toulouse à trois heures de Paris. Mais ils ont un prix. Assez colossal pour les collectivités locales de la région amenées à participer. Hier, sept d’entre elles se sont engagées à financer les travaux du «tronçon central» de ce projet «pharaonique»,

dont le chantier doit bientôt commencer entre Tours et Bordeaux. Un gage de solidarité pour obtenir un retour d’ascenseur quand l’heure viendra, vers 2016, de donner le premier coup de pioche pour le tronçon Bordeaux-Toulouse.

De mauvais payeurs
Sur les 228 millions demandés aux Midi-Pyrénéens pour ce premier passage en caisse négocié par le préfet, Dominique Bur, la Région va en payer 102, le Conseil général 68 et le Grand Toulouse 53. Mais, pour l’instant, il manque 18 % de la somme. Car d’autres collectivités, soit tardent à délibérer, soit refusent de dire «banco». Du coup, la cérémonie d’hier a suscité des réactions mitigées. «C’est une étape importante vers la concrétisation du projet», estime Martin Malvy (PS), le président de région. «Nous rentrons dans la dernière ligne droite», l’a rejoint Pierre Cohen (PS), le président du Grand Toulouse. Pierre Izard (PS), le patron du Département, avoue son «pessimisme» devant l’impossibilité de boucler ce tour de table. Et l’affaire ne va pas tarder à se corser: pour les autres tronçons (Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne), les collectivités de la région devront aligner 1,4 milliard.

20 Minutes Toulouse

 

Association "Les 40/60" |
Ensemble pour le Val de Metz |
mjcpange |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | claudeprojet
| Le Combat LL.NATHAN Contre ...
| Association des Parents d'E...